Black Blood Transfusion : De la brume, des embruns, du vent et du houblon

 

De la brume, des embruns, du vent et du houblon. Voilà à quoi sont élevés les cinq loubards de Black Blood Transfusion, tout droit sortis du port du Havre, ils ont hérité de sa puissance et de sa rage. N’en déplaise à Alphonse, je crois bien qu’il n’est plus le seul à régner sur l’atmosphère musicale de Franciscopolis.

Les gars traînent leurs slims usés et leurs Vans trouées depuis un bon moment déjà dans les bars sombres et bruyants de leur terre natale. Ils servent aux autochtones un bon gros Rock’n’Roll à la sauce Modern Hardcore, leur son transpire la fureur, tout comme leur public qui est plus nombreux à chaque concert. La musique de Black Blood Transfusion rassemble la technicité d’un Rock’n’Roll à la Turbonegro et la puissance du Punk-Hardcore façon Feed The Rhino. Les mecs mouillent le maillot et ils le font bien.

Leur premier EP éponyme est une rafale de grandes gifles dans ta bouche et ce pendant un peu moins de 30min. C’est efficace, bien écrit et bien joué, tout en gardant une certaine atmosphère chaotique et cradingue qui donne tout son charme à cet EP un peu court à mon goût. C’est vrai que l’on reprendrait bien du rabe. À la fin de la galette on se dit qu’ils ont vraiment bien choisi leur nom, le temps de parcourir la moitié de la pendule ils vous ont injecté une grosse dose de foutre diabolique qui à coup sûr vous rendra accro dès la première prise (CLIQUER ICI POUR ECOUTER). Ces mecs sont une drogue dure. Ils dealent leurs cams comme des sauvageons lors de prestations survoltées où tout peut arriver. Les mégaphones remplacent les micros, le chanteur devient batteur et la gravité n’a plus l’air de faire le poids face à eux. Vous n’y comprenez rien ? Assistez à un de leurs show et ce sera encore pire. Si jamais ils viennent garer leur « World War Bus » dans votre gentille commune ne les laissez surtout pas rentrer chez vous (enfin ça c’est votre problème), par contre foncez les voir sur scène.

Alors, surveillez bien ces cinq garçons, car ils pourraient bien vous tomber dessus au détour d’une ruelle sombre ou d’un pub amateur de bonne musique. N’oubliez pas, Satan est en marche…

(376) vues


About Tinmar Morel

view all posts

Punk / Hardcore / Rock'n'Roll / Post-Hardcore / Sludge

You May Like This