Cult of Youth : la référence Néofolk des States

 

Une identité spirituelle dans un monde musical de plus en plus homogène.

Cult of Youth, c’est un groupe Néofolk que j’ai un peu découvert par hasard sur Youtube en mars. Avant de commencer mon éloge sur ce groupe de malade, c’est quoi ce style bizarre appelé « Néofolk » ? C’est juste un nouveau genre de musique folk européen… Généralement un mélange de post-punk ou de cold wave avec des bases folk années 60, 70’s. Bon ! Revenons à nos moutons.

Que dire de Cult of Youth si ce n’est que je suis désormais totalement addict à leur musique. À la première écoute, le groupe m’a littéralement transporté. La recette est un savant mélange des meilleurs groupes de post-punk made in England combiné avec une sorte de dark folk irlandaise. Les sonorités sont froides, pastorales, esthétiques rappelant l’âge d’or des Joy Division et autre Pogues. La batterie et les percus de Glenn Maryansky et la basse de Micki Pellerano donnent une profondeur remarquable à leur musique.

Cult of Youth, c’est un post-punk authentique, effervescent, constitué d’arrangements acoustique sombres. Le groupe créé une atmosphère naturelle, inquiétante, limite païenne à certain moment. Le tout est porté par le super talentueux guitariste baryton mélodrame : Sean Ragon. Ce dernier nous lâche des vox d’une grande intensité rappelant sans nul doute celle de Ian Curtis (Joe Division) ou encore Nick Cave (Nick Cave and the Badseed)… Sans oublier Christiana Clé posant délicatement de sublimes montées de violon et de magnifiques envolées lyriques. À chaque fois que j’écoute ce groupe, je suis toujours aussi touché… Une espèce de vague de frisson finissant sa course jusqu’au plus profond de mes entrailles. Et oui il y a encore des formations qui arrivent à vous donner cette sublime sensation… Le genre de groupe que vous rangez soigneusement dans votre « vraie » bibliothèque au côté de vos Death in June, The lord of the new Church et autre Dead Moon… Si vous ne connaissez pas, vous verrez, il n’y a rien à jeter.

Vous pouvez commencer par vous faire l’oreille sur l’excellent premier album devenu une référence de la Néofolk aux Etats-Unis… Un bijou ! Leur deuxième album « Love Will Prevail » est sortie aux States ce mois-ci. Comment vous dire… Le groupe fait de mieux en mieux, une pièce froide et impitoyable, aussi féroce que le premier. Pour cet album, Sean Ragon construit son propre studio d’enregistrement à l’arrière de son magasin de disques. Cela lui a permis de contrôler chaque aspect de l’album et de prendre son temps  sur l’enregistrement. Le groupe semble s’être trouvé à 100 % et semble plus confiant dans ses nouvelles compositions. On notera un zeste certainement plus 60’s et des envolées nous faisant penser aux Velvet Underground. Le premier single de l’album : Man and Man’s Ruin ( L’homme et la ruine de l’homme )… Une plaidoirie pour la paix dans un monde devenu fou.

En concert unique le 26 septembre à l’Espace B – Paris

Label : Sacred bones records

Pour les fans de Zola Jesus, King Dude, Above the Ruins, Hexvessel…

Titre recommandé : Garden of delights, Lace up your boots, The new west, lorelei

Album recommandé : Cult of Youth, Love Will Prevail

 

(393) vues


About Guillaume Le Garjean

view all posts

Community Manager Freelance - Bûcheron chez Totolo Label - Fondateur chez L'Aguicheuse - Batteur, frappeur, décrasseur de tympans - Fan de metal extrême.

You May Like This

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*