Death Grips, les cannibales de Sacramento

 

Si vous ne connaissez pas Death Grips, vous allez être extrêmement surpris. « Extrême » est le mot parfait pour qualifier ce projet d’un primitif et d’une dangerosité absolue.

Formé fin 2010 par Zach Hill (batteur du groupe), les cannibales de Sacramento enregistrent leur première mixtape Hip Hop expérimentale noise plutôt sordide appelé Exmilitary (Deux autres albums sont sorties courant 2012). Hip Hop ? Eh ouai. J’ai rarement entendu un truc aussi burné, violent, agressif et intense de toute ma vie. Une flopée de vidéos du groupe, extraites de représentations hyper underground traînent sur YouTube, la plupart dans des squattes et endroits désaffectés avec quelques personnes qui se battent en duel. Personne ne sait vraiment où cette petite bande expérimente son boucan. Certains disent Détroit, d’autres Sacramento… Parlons un peu de son frontman Stefan Burnett qualifié aux Etats-Unis comme l’homme noir vivant le plus en colère, et franchement… C’est Vrai ! Quand ce mec balance son flow, on a littéralement l’impression qu’il va nous bouffer la tête. Son état de fureur mettrait à genou la terre entière.

Pas grand-chose à dire de plus si ce n’est que le projet s’ouvre de plus en plus au grand public. Le groupe fait actuellement quelques dates aux quatre coins du monde… En espérant un jour vivre un live de Death Grips et sentir ce que ça fait de voir un mec sur scène qui te regarde avec toute la haine du monde, prêt à te mutiler sans aucun état d’âme.

Un petit extrait live de Death Grips pour vous mettre dans l’ambiance avec le titre « Guillotine »


(1248) vues


About Guillaume Le Garjean

view all posts

Community Manager Freelance - Bûcheron chez Totolo Label - Fondateur chez L'Aguicheuse - Batteur, frappeur, décrasseur de tympans - Fan de metal extrême.

You May Like This

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*