FIDLAR détruit L’espace B !

 

FIDLAR Espace B – Un plafond nickel !

Samedi 1 décembre, 19 h 30. Je retrouve Geoffroy du côté de Corentin Cariou sur la 7 pour assister au live de la vieille bande de déglingos : F I D L A R. On arrive tout doucement à L’Espace B accompagné d’une jolie jeune fille rencontrée sur notre passage puis, nous nous dirigeons vers notre vieille ami « le Bar ». On déguste une bonne petite bière en papotant de tout et de rien. Et oui, à ce moment-là, on était loin d’imaginer à quoi nous allions assister… Il n’y avait toujours personne à 20 h 00 et on doit vous avouer que l’on n’était pas du tout motivé pour rester (sans le vouloir, nous étions arrivés 1h15 en avance)… Et d’un coup, une ribambelle de nanas (surtout des nanas et surtout une délicieuse blonde… Désolé ça devait sortir) et de mecs stylés arrivent, apprêtés rock’n’roll de la tête aux pieds. 

CHARLES HOWL

21 h 00. L’Espace B semi-rempli, ce sont les CHARLES HOWL qui commence cette soirée sous le signe de la gaité et de la bonne humeur. Je ne connaissais pas du tout ce groupe qui, ma foi, m’a bien fait triper ! Les dudes livrent un garage rock teinté de punk bien old school, inspiré des groupes de la mouvance : Thee Oh Sees, Les Black Lips (vieille époque), Les Strange Boys, The King Khan & BBQ Show… Les mecs sont un peu à l’arrache mais c’est normal ! Le garage se veut parfois un peu destroy. La bande assure à mort. Un gratteux soliste n’arrêtant pas de branler son manche à coup d’effet reverb sur abusé tout en essayant de balancer sa tête le plus violemment possible, en espérant que celle-ci se décroche de son corps. Un chanteur guitariste plutôt cosmique, un Jésus en puissance mixé à un Franck Zappa, muni d’une moustache et d’une guitare remontée jusqu’aux tétons, sortant tout droit d’une bonne vieille ferme anglaise des années 60. Un bassiste qui groove vraiment bien avec un batteur qui frappe vraiment très fort… Des mecs vraiment bons délires, très agréable à écouter et à voir ! Le groupe fini couvert d’applaudissements.

FIDLAR Espace B – Le plafond se dégrade…

Tandis que CHARLES HOWL range son matos, nous on va prendre un peu l’air. Eh oui ! La température est montée d’un cran en une heure. En sortant, de la salle de L’espace B, on assiste à un bar archi blindé venu exprès admirer ceux qui s’apprête à retourner littéralement la salle : F I D L A R ! Juste le temps pour moi d’aller retirer des sous pour payer une bière à moi et mon acolyte Geoffroy, nous sommes repartis pour 45min de concert ultra barge ! Une salle bondée avec deux rangées de têtes brulées au premier rang, sautant dans le public à chaque instant, défonçant le plafond à coup de kick ! Il faut dire que la salle n’est pas vraiment adaptée pour ce genre de concert. Nous nous frayons un chemin tant bien que mal dans la foule pour essayer de prendre difficilement quelques photos. Je peux vous assurer que c’était loin d’être facile avec le troupeau de fêlés du premier rang. Mais doux Jésus (oups pardon) qu’est-ce que c’était bon ! Les 4 californiens ne dérogent vraiment pas à leur réputation. Ça joue remarquablement bien. Les mecs commencent par l’excellent « Cheap Beer » et enchaîne direct avec leurs titres les plus connus de tous : « No Waves« , « Max Can’t Surf », « Got No Money », « White on White »… Rien à dire quant à la qualité de leur superbe punk rock garage teinté de surf en live qui défonce sa mère ! C’était juste parfait ! Une ambiance euphorisante se dégage instantanément, tout le monde devient fou et le groupe aussi. Les gens commencent à s’amuser de plus en plus avec le plafond de l’espace B et le bassiste décolle la texture (une sorte de papier peint) et donne quelques coups de basses, voir si ça peut se casser ! Résultat des courses, la facture risque d’être légèrement amère. Si je devais prendre leur défense, je dirais que la salle ne comportait pas vraiment d’aération. Avec la chaleur qu’il y avait, vous auriez pu décoller n’importe quoi. Tout ça pour dire : une belle destruction collective !

FIDLAR à L’Espace B

Le concert se finit avec un public épuisé, littéralement achevé. Trempé de sueur dans un froid de canard, nous repartons tranquillement, sourire jusqu’aux oreilles, persuadé d’avoir vu un des meilleurs concerts de « garage surf » de l’année 2012 !

Merci F I D L A R !

 

(701) vues


About Guillaume Le Garjean

view all posts

Community Manager Freelance - Bûcheron chez Totolo Label - Fondateur chez L'Aguicheuse - Batteur, frappeur, décrasseur de tympans - Fan de metal extrême.

You May Like This

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*