Night Beats – Sonic Bloom

Mouvance d’un état d’esprit sous psychotrope, croyances obscures et malsaines, événement d’un psychédélisme majeur, la floraison sonore des Night Beats vous laissera sans voix.

« Sonic Bloom » – Reverberation Appreciation Society / Burger Records – Club Bureau Promo

Sonorités ivres et stridentes d’un macabre obscure, baignant dans une de ces religions inconnues d’où s’élèvent mythes, légendes et autres fantasmes du genre humain. Idées folles et volatiles, grondement d’une voix haletante sortant d’outre tombe réveillée par les grincements d’une guitare électrique oscillante. Le néant dominant en maître sur cette incandescence démoniaque, où cependant s’élèvent une lueur qui, aussi divine soit elle, replonge tout à coup dans une pénombre grandissante. Image d’une danse macabre emmenée par un imaginaire collectif fantasque, qui obnubilée par un sentiment psychédélique, laisserait apparaître les portes d’une perception dissimulées par des vapeurs de Lysergic, dont un fameux Aldous Huxley et un certain William Blake ont pu exprimer les règles… Danse macabre ou exorcisme païen, transe effrénée ou course contre une purification certaine, comment ne pas se perdre du chemin des Évangiles avec les Night Beats?

Battements de la nuit, ou craquements de cercueils, âmes maudites et chaires déchiquetées, charpies pourrissantes dans leurs linceuls produisant une émanation languissante presque romantique voilà ce que pourrait être l’inspiration de ces trois garçons de Seattle. Des riffs stridents, aiguisés comme des rasoirs, accompagnés d’un vibrato tonitruant et omniprésent… Tel est la signature et le quotidien du groupe.

130918-night-beats

Tarek Wegner, Dan ‘Lee’ Blackwell et James Traeger oeuvrent un savant mélange entre un Garage 70’s, de Soul ainsi qu’un goût sur pour le Psychédélisme. Comme un revival du 13th Floor Elevator, ne relâchant aucunement le pied de leurs pédales d’effets, ces mecs nous dévoilent un penchant certain pour la Soul musique. Curieux paradoxe avec un fameux Sam Cooke qui sort en 1963 l’album soul « Night Beat », en témoigne par exemple la présence de cuivre sur certains morceaux. « Sonic Bloom », leur second album, est tout aussi efficace que le premier sorti il y a deux ans. Surfant sur cette même vague de modernisme hors du commun, emmenant leur musique sauvage au delà des ombres de leurs illustres prédécesseurs, ces démons de la Fuzz et de la Reverb livrent des lives shows incroyables, usant leurs boots Texanes dans des festivals comme l’Austin Psych Fest, le Liverpool Fest of Psychedelia, ou plus récemment au Lévitation à Angers qui n’est autre que l’annexe française de l’Austin. Ce qui prouvent que leur réputation dans ce milieu n’est plus à faire. Enchaînant des dates dans le monde entier, ils seront de retour en France dès le mois de Juin. Un quelconque crochet de votre part, vers une ville, où ces prêcheurs nord américains exerceraient leur Shamanisation de masse ne pourrait vous être que bénéfique.

30 mai – Bourges – Cosmic trip Festival
9 juin – Bordeaux – Bootleg
10 juin – Toulouse – La Dynamo
11 juin – Marseille – la Machine à Coudre

Facebook http://on.fb.me/1hp14CO

(650) vues


You May Like This