Red Fang / HARK / Drawers – Glazart

 

Jeudi 29 novembre, 19 h 30. Je retrouve Tinmar, Porte de la vilette pour un concert risquant d’envoyer du très lourd : Red Fang, Hark et Drawers. Nous arrivons pile à l’heure au Glazart et c’est le moment pour nous de commencer à nous diriger vers l’antre du chaos. Nous prenons le temps de déposer nos précieuses affaires avant de débuter la soirée en compagnie de Drawers.

J’ai déjà beaucoup entendu parler des toulousains. Mon acolyte Tinmar m’a fait découvrir tout en me vendant très bien la chose. En effet, du gros riffs flirtant entre sludge et stoner, le tout saupoudré de doom à réveiller les morts !  Ce qui m’a frappé dans leur musique, c’est avant tout leur son. Les Drawers ont un son lourd… très lourd ! J’ai plus qu’apprécié de me sentir crouler sous les tonnes de basses. Ma tête s’est balancée aisément d’avant en arrière jusqu’à la fin du set. Notre fine équipe retournera les voir, ça c’est sûr !

Au moment de l’interlude, nous allons nous offrir une petite bière, histoire de se désaltérer et de fumer une petite clope en faisant connaissance avec quelques personnes sur la terrasse du Glazart.

La pause se termine, nous rentrons dans la salle. Je tente de trouver tant bien que mal un bon spot au milieu de cette salle bondée pour prendre des photos du prochain groupe : HARK. Portés par le très bon Jimbob Isaac (ex-Taint), la bande est fin prête à nous montrer ce que c’est le « vrai » power sludge ! Jimbob arrive sur scène, nous fendant directement la tronche à coups de riffs bien aiguisés. Les mecs maîtrisent à fond leur style !  Après, si vous me posez la question sur… Quelles sont les différences entre Taint et HARK ?!… Je vous répondrais qu’il n’y en a pas vraiment. Peut-être ce côté Black Sabbath bien mis en valeur dans HARK, avec cette petite touche de noise sur certaines fins de morceaux où riffs et rythmiques partent dans tous les sens. Mais ça, c’était déjà présent dans Taint. Bref, je ne vais pas faire la fine bouche, je me suis pris une méga claque. HARK vient de finir son set. Il est temps pour nous de nous préparer à accueillir la formule magique des barbus de Portland : Red Fang ! Prenant notre mal en patience, nous retournons vers la terrasse papoter un peu…

Les premières notes ne sont plus très loin. Nous nous rapprochons le plus possible de la scène, moi encore plus… Et ouai je vais bientôt mener un vrai combat de lutte pour tenter de prendre quelques clichés de ce que nous allons vivre (un bon mal de dos après le live à force de me tordre dans tous les sens). Les premières notes commencent à retentir ! Le public ultra motivé et imbibé de bière commence déjà sévèrement à bouger ! Le groupe joue tous les classiques, « Bird on Fire, « Prehistoric dog », « Hank is Dead », « Dirt Wizard », « Wires » où la foule chante en cœur toutes les paroles du début à la fin ! Ce live est à l’image du groupe : ni plus ni moins une franche rigolade entre garçons virils ! À part une petite friction au premier rang entre deux mecs, l’ensemble s’est passé à la bonne franquette, dans la joie et la bonne humeur. Un excellent live ! Si vous n’avez pas encore vu Red Fang, dépêchez-vous ! Des groupes comme ça ne se rate sous aucun prétexte.

Le concert se finit laissant une salle remplie de bière et de gobelet cassé. L’ouragan a encore frappé en démolissant tout sur son passage. Ce soir, le rock’n’roll et la bière ont coulé à grands flots ! Nous retournons récupérer nos affaires et rentrons paisiblement dormir pour nous remettre de cette dantesque soirée !

 

 

(6949) vues


About Guillaume Le Garjean

view all posts

Community Manager Freelance - Bûcheron chez Totolo Label - Fondateur chez L'Aguicheuse - Batteur, frappeur, décrasseur de tympans - Fan de metal extrême.

You May Like This

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*