The Chariot, long live.

Coeur transpercé, souffle coupé. The Chariot, c’est fini. Une bonne claque. Sans aucun signe annonciateur, une des formations les plus époustouflantes de la scène hardcore actuelle vient de tirer sa révérence au détour d’une vidéo publiée par le groupe vendredi 16.

Les Chariot nous envoyaient une véritable boule d’énergie hardcore en pleine tête. Un chaos ennivrant, viscéralement addictif, fait de destruction, de dissonances, de larsen, de guitares qui couinent et d’un chant qui heurte et, même à bout de souffle, allait puiser jusqu’aux derniers centimètres cubes d’air coincés au fond des poumons.

06chacha-ll

2003-2013 forment désormais les barrières temporelles des Chariot. Pour seule consolation, le groupe nous laisse une vidéo de départ émotionnellement tenaillante, parfaitement structurée pour faire ressortir nostalgie, tristesse et regret; mais aussi joie, celle d’avoir partagé un tel délire sonore, comme ils essayent de nous le dire par la délicatesse d’un chant clair. « All’s Well That Ends Well », comme pour exprimer que toute bonne chose à une fin.

10 ans de show les plus destroyement imaginables, où guitares et basse fusent dans tous les sens. L’effet Chariot c’était la création d’une frénésie anarchique avec un publique survolté, où un casque de soldat de l’armée américaine n’était pas inutile pour contrer les hommes qui tombent du ciel. Une sorte d’hyperactivité scénique démente, tels les At The Drive In du hardcore.

Aucune erreur de parcours n’est a dénombrer dans celui des américains qui nous ont livré cinq albums d’un mathcore abrasif. Ca avait commencé en 2003 avec le départ de Josh Cogin du groupe de metalcore, Norma Jean,  et la parution de leur premier album mouvementé  » Everything Is Alive, Everything Is Breathing, Nothing Is Dead, And Nothing Is Bleeding » qui déterminera l’essence live des Chariot. « The Fiancée » nous balancera en pleine figure leur énergie punk, « War And Rumors Of War » nous donnera l’honnêteté de leur déchainement insurpassable, et « Long Live » les placera sur le trône de la démence. Un départ d’autant plus difficile à avaler face à « One Wing », sorti l’année dernière, que je considère pour ma part  comme la meilleure sortie de l’année 2012, qui les laisse partir dans une sublime apothéose.

the_chariot07_website_image_tjjj_standard (1)

Dur de faire passer les choses du présent au passé. Comme une ombre foetale, le groupe Norma Jean vient de sortir un album, Wrongdoers, au penchant post hardcore et soupçon mathcore. Heureusement, les Chariot n’entendent pas nous abandonner si brutalement. « All’s Well That Ends Well » évoque une tournée de départ cette année, entre le 10 octobre et le 16 novembre.

Comme dans First et son collage western si vaillant, les Chariot vont désirer un départ aussi épique. Mais on vit plus la chose comme les dernières notes mélancoliques de David De La Hoz.

Long Live.

(519) vues


You May Like This

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*