Truckfighters / Coffin On Tyres / Captain Crimson – Les Combustibles

 

Mardi 4 décembre, une nouvelle nuit froide et humide s’empare de la capitale. Tout du moins d’une partie. N’écoutant que leur courage et leur passion, une horde de sauvageons amoureux du son ont résisté à l’envahisseur polaire dans une lutte acharnée. Je traduis, Mardi ça caillait sévère devant Les Combustibles, heureusement que l’on est rentré en prendre plein la gueule par les cinglés de Truckfighters.

Captain Crimson ©Karin Foberg

C’est donc avec les suédois de Captain Crimson que notre palpitant put commencer à se réchauffer. Le groupe joue un rock 70’s largement inspiré de Graveyard ou Kadavar, ça me plaît et apparemment je ne suis pas le seul vu l’accueil réservé à chaque morceau. Alors vous allez me dire que l’on entend que ça en ce moment, que c’est le grand revival du rock psyché et autres dérives vintage. C’est vrai, mais quand c’est aussi bien joué on ne peut que se laisser porter et tout simplement reconnaître que ces gars sont bons. Ils creusent encore un peu plus dans ce mouvement et nous proposent des titres complexes et extrêmement travaillés. Une chose est sûre, ils ne sont pas vraiment adepte du fameux « couplet / refrain / couplet / refrain » et c’est tant mieux. Sur scène le groupe est égal à sa musique, oldschool dans le look comme dans le jeu. Tout est raccord pour nous offrir un excellent show. C’est vraiment plaisant de faire de super découvertes. Ce soir Captain Crimson est la mienne.

Coffin On Tyres

Et que la fête continue ! Malheureusement mon enthousiasme va quelque peu retomber… Ce sont maintenant les Coffin On Tyres qui investissent Les Combustibles. Je dois avouer ma légère déception. Non pas que ce groupe soit mauvais, loin de là ! Musicalement je suis même plutôt convaincu, le son est lourd et violent, teinté d’une petite touche rock’n’roll dans certains riffs. Jusque là tout va bien, je me dis que l’on va prendre une petite déculottée bien méritée et cela m’enchante. Mais au moment où la voix est entrée dans la partie, ma joie elle, s’est enfuit. Attention ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, ce mec chante très bien. En fait je crois que c’est ça le problème, il chante trop bien. Il y a quelque chose de trop appliqué, trop studieux dans sa façon de pousser sa voix. Vous allez surement trouver cette critique complètement absurde mais ce n’est que mon propre ressenti. Musicalement on est dans le gras, le lourd, le sans compromis et cette voix trop propre vient créer un réel décalage, qui je trouve, fait un peu retomber le soufflé. En revanche ils se donnent vraiment bien sur scène et le public le leur rend bien. La foule a l’air conquise par la formation et commence sérieusement à s’agiter entre les crinières tournoyantes. Coffin On Tyres est un très bon groupe, mais je n’ai pas réussi à me mettre dedans, et vraisemblablement j’étais un des seuls.

Truckfighters

Voilà, le moment fatidique est arrivé. Nous sommes maintenant face aux légendes du stoner européen, les maîtres de la fuzz et de la sueur. Le trio s’installe sur scène en quelques minutes. Ce qui m’amène à deux conclusions :

1 – Ils connaissent parfaitement leur son, clic clac l’affaire est dans le sac.
Ou
2 – Ils en ont rien à foutre, l’énergie compensera un son à l’arrache.

En fait c’est un mix des deux: les Truckfighters maitrisent leur son de façon magistrale et possède une énergie et une puissance scénique difficilement comparable. Le concert démarre sur les chapeaux de roues avec le célèbre « Desert cruiser », en à peine 10 secondes le public se déchaîne, la folie s’empare des Combustibles. Ils vont ensuite continuer avec « Traffic » et l’excellent « Last Curfew » issu de leur dernier album. Bref je ne vais pas vous refaire toute la set-list mais plutôt vous raconter ce que l’on a pu vivre durant ces 1h30 de show.

La chose la plus flagrante durant ce concert était la bonne humeur. Que ce soit sur scène ou dans la foule le sourire faisait apparemment parti du dress-code de la soirée. Une méchante dose de joie c’est toujours bon pour la santé, surtout quand elle est accompagnée d’une bande son génialissime. En parlant de son, on peut dire que Truckfighters n’a pas volé son statut de légende. Ces gars sont de vrais de bêtes de scène. Leurs pieds ne touchent que très rarement le sol et il ont un besoin compulsif de se coller aux furieux du premier rang. Musicalement tout n’est pas millimétré, tout n’est pas parfait mais c’est justement ça qui rend tout le monde complètement dingue et puis de toute façon on s’en fout car ces mecs sont des putains de dieux vivants. Ils jouent fort, ils jouent bien et ils dégagent une énergie positive ultra communicative.

Le show sera très axé sur les titres de Gravity x, l’album mythique du groupe. Chaque morceau nous percute de plein fouet, la puissance du son est impressionnante. Il fait très chaud dans la salle. Les corps suintent au milieu de cette guerre fraternelle. Tu as déjà senti le béton se tordre sous tes pieds ? Non ? Eh bien nous si. Les mouvements de foules étaient tels que le sol de la salle ne pouvait que subir et résister tant bien que mal.

Voilà à quoi ressemblait l’un des meilleurs concerts de cette fin d’année 2012. Quand tout le monde parlera de ce concert comme quelque chose de culte après leur passage au Hellfest 2013 chaque personne présente ce soir là pourra dire « Moi j’y étais ».

 

(546) vues


About Tinmar Morel

view all posts

Punk / Hardcore / Rock'n'Roll / Post-Hardcore / Sludge

You May Like This

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*